Page:Hugo - Bug-Jargal, 1876.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
BUG-JARGAL.

la vive allure n’expriment que le plaisir et la gaieté, empruntait ici de diverses circonstances accessoires un caractère sinistre. Les regards foudroyants que me lançaient les griotes au milieu de leur folâtres évolutions, l’accent lugubre qu’elles donnaient à l’air joyeux de la chica, le gémissement aigu et prolongé que la vénérable présidente du sanhédrin noir arrachait de temps en temps à son balafo, espèce d’épinette qui murmure comme un petit orgue et se compose d’une vingtaine de tuyaux de bois dont la grosseur et la longueur vont en diminuant graduellement, et surtout l’horrible rire que chaque sorcière nue, à certaines pauses de la danse, venait me présenter à son tour, en appuyant presque son visage sur le mien, ne m’annonçaient que trop à quels affreux châtiments devait s’attendre le blanco profanateur de leur Ouanga. Je me rappelai la coutume de ces peuplades sauvages qui dansent autour des prisonniers avant de les massacrer, et je laissai patiemment ces femmes exécuter le ballet du drame dont je devais ensanglanter le dénoûment. Cependant je ne pus m’empêcher de frémir quand je vis, à un moment marqué par le balafo, chaque griote mettre dans le brasier la pointe d’une lame de sabre, ou le fer d’une hache, l’extrémité d’une longue aiguille à voilure, les pinces d’une tenaille ou les dents d’une scie.

La danse touchait à sa fin ; les instruments de torture étaient rouges. À un signal de la vieille, les négresses allèrent processionnellement chercher, l’une après l’autre, quelque arme horrible dans le feu.

Celles qui ne purent se munir d’un fer ardent prirent un tison enflammé. Alors je compris clairement quel supplice m’était réservé, et que j’aurais un bourreau dans chaque danseuse. À un autre commandement de leur coryphée, elles recommencèrent une dernière ronde, en se lamentant d’une manière effrayante. Je fermai les yeux pour ne plus voir du moins les ébats de ces démons femelles, qui, haletant de fatigue et de rage, entrechoquaient en cadence sur leurs têtes leurs ferrailles flamboyantes, d’où s’échappaient un bruit aigu et des myriades d’étincelles. J’attendis en me roidissant l’instant où je sentirais mes chairs se tourmenter, mes os se calciner, mes nerfs se tordre sous les morsures brûlantes des tenailles et des scies, et un frisson courut sur tous mes membres. Ce fut un moment affreux.

Il ne dura heureusement pas longtemps. La chica des griotes atteignait son dernier période, quand j’entendis de loin la voix du nègre qui m’avait fait prisonnier. Il accourait en criant : Que haceis, mujeres de domonio ? que haceis alli ? Dexais mi prisoniero ! [1] Je rouvris les yeux. Il était déjà grand jour. Le nègre se hâtait avec mille gestes de colère. Les griotes s’étaient arrêtées ; niais elles paraissaient moins émues de ses menaces qu’interdites par la présence d’un personnage assez bizarre dont le noir était accompagné.

C’était un homme très-gros et très-petit, une sorte de nain, dont le visage était caché par un voile blanc, percé de trois trous, pour la bouche et les yeux, à la manière des pénitents. Ce voile, qui tombait sur son cou et ses épaules, laissait nue sa poitrine velue, dont la couleur me parut être celle des griffes, et sur laquelle brillait, suspendu à une chaîne d’or, le soleil d’un ostensoir d’argent tronqué. On voyait le manche en croix d’un poignard grossier passer au-dessus de sa ceinture écarlate qui soutenait un jupon rayé de vert, de jaune et de noir, dont la frange descendait jusqu’à ses pieds larges et difformes. Ses bras, nus comme sa poitrine, agitaient un bâton blanc ; un chapelet, dont les grains étaient d’adrézarach, pendait à sa ceinture, près du poignard ; et son front était surmonté d’un bonnet pointu orné de sonnettes, dans lequel, lorsqu’il s’approcha, je ne fus pas peu surpris de reconnaître la gorra d’Habibrah. Seulement, parmi les hiéroglyphes dont cette espèce de mitre était couverte, on remarquait des taches de sang. C’était sans doute le sang du fidèle bouffon. Ces traces de meurtre me parurent une nouvelle preuve de sa mort, et réveillèrent dans mon cœur un dernier regret.

Au moment où les griotes aperçurent cet héritier du bonnet d’Habibrah, elles s’écrièrent toutes ensemble : « L’obi !  » et tombèrent prosternées. Je devinai que c’était le sorcier de l’armée de Biassou. Basta ! basta ! dit-il en arrivant auprès d’elles, avec une voix sourde et grave, dexais el prisoniero de Biassu[2] ! Toutes les négresses, se relevant en tumulte, jetèrent les instruments de mort dont elles étaient chargées, reprirent leurs tabliers de plumes, et, à un geste de l’obi, elles se dispersèrent comme une nuée de sauterelles.

En ce moment, le regard de l’obi parut se fixer sur moi ; il tressaillit, recula d’un pas, et reporta son bâton blanc vers les griotes, comme s’il eût voulu les rappeler. Cependant, après avoir grommelé entre ses dents le mot maldicho[3], et dit quelques paroles à l’oreille du nègre, il se retira lentement, en croisant les bras, et dans l’attitude d’une profonde méditation.

  1. Que faites-vous, femmes du démon ? que faites-vous là ? Laissez mon prisonnier !
  2. Il suffit ! il suffit ! Laissez le prisonnier de Biassou !
  3. Maudit !