Page:Hugo - Bug-Jargal, 1876.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
36
BUG-JARGAL.

XXVII

Mon gardien m’apprit alors que Biassou demandait à me voir, et qu’il fallait me préparer à soutenir dans une heure une entrevue avec ce chef.

C’était sans doute encore une heure de vie. En attendant qu’elle fût écoulée, mes regards erraient sur le camp des rebelles, dont le jour me laissait voir dans ses moindres détails la singulière physionomie. Dans une autre disposition d’esprit, je n’aurais pu m’empêcher de rire de l’inepte vanité des noirs, qui étaient presque tous chargés d’ornements militaires et sacerdotaux, dépouilles de leurs victimes. La plupart de ces parures n’étaient plus que des haillons déchiquetés et sanglants. Il n’était pas rare de voir briller un hausse-col sous un rabat, ou une épaulette sur une chasuble. Sans doute pour se délasser des travaux auxquels ils avaient été condamnés toute leur vie, les nègres restaient dans une inaction inconnue à nos soldats, même retirés sous la tente. Quelques-uns dormaient au grand soleil, la tête près d’un feu ardent ; d’autres, l’œil tour à tour terne et furieux, chantaient un air monotone, accroupis sur le seuil de leurs ajoupas, espèces de huttes couvertes de feuilles de bananier ou de palmier, dont la forme conique ressemble à nos tentes canonnières. Leurs femmes, noires ou cuivrées, aidées des négrillons, préparaient la nourriture des combattants. Je les voyais remuer avec des fourches l’igname, les bananes, la patate, les pois, le coco, le maïs, ce chou caraïbe qu’ils appellent tayo, et une foule d’autres fruits indigènes qui bouillonnaient autour des quartiers de porc, de tortue et de chien, dans de grandes chaudières volées aux cases des planteurs. Dans le lointain, aux limites du camp, les griots et les griotes formaient de grandes rondes autour des feux, et le vent m’apportait par lambeaux leurs chants barbares mêlés au son des guitares et des balafos. Quelques vedettes, placées aux sommets des rochers voisins, éclairaient les alentours du quartier général de Biassou, dont le seul retranchement, en cas d’attaque., était un cordon circulaire de cabrouets chargés de butin et de munitions. Ces sentinelles noires, debout sur la pointe aiguë des pyramides de granit dont les mornes sont hérissés, tournaient fréquemment sur elles-mêmes, comme les girouettes sur les flèches gothiques, et se renvoyaient l’une à l’autre, de toute la force de leurs poumons, le cri qui maintenait la sécurité du camp. Nada ! nada ! [1]

De temps en temps, des attroupements de nègres curieux se formaient autour de moi. Tous me regardaient d’un air menaçant.

XXVIII

Enfin, un peloton de soldats de couleur, assez bien armés, arriva vers moi. Le noir à qui je semblais appartenir me détacha du chêne auquel j’étais lié, et me remit au chef de l’escouade, des mains duquel il reçut en échange un assez gros sac, qu’il ouvrit sur-le-champ. C’étaient des piastres. Pendant que le nègre, agenouillé sur l’herbe, les comptait avidement, les soldats m’entraînaient. Je considérai avec curiosité leur équipement. Ils portaient un uniforme de gros drap brun-rouge et jaune, coupé à l’espagnole. Une espèce de montera castillane, ornée d’une large cocarde rouge[2], cachait leurs cheveux de laine. Ils avaient, au lieu de giberne, une façon de carnassière attachée sur le côté. Leurs armes étaient un lourd fusil, un sabre et un poignard. J’ai su depuis que cet uniforme était celui de la garde particulière de Biassou.

Après plusieurs circuits entre les rangées irrégulières d’ajoupas qui encombraient le camp, nous parvînmes à l’entrée d’une grotte taillée par la nature, au pied de l’un de ces immenses pans de roches dont la savane était murée. Un grand rideau d’une étoffe thibétaine qu’on appelle le katchmir, et qui se distingue moins par l’éclat de ses couleurs que par ses plis moelleux et ses dessins variés, fermait à l’œil l’intérieur de cette caverne. Elle était entourée de plusieurs lignes redoublées de soldats équipés comme ceux qui m’avaient amené.

Après l’échange du mot d’ordre avec les deux sentinelles qui se promenaient devant le seuil de la grotte, le chef de l’escouade souleva le rideau de katchmir, et m’introduisit, en le laissant retomber derrière moi.

Une lampe de cuivre à cinq becs, pendue par des chaînes à la voûte, jetait une lumière vacillante sur les parois humides de cette caverne fermée au jour. Entre deux haies de soldats mulâtres, j’aperçus un homme de couleur, assis sur un énorme tronc d’acajou, que recouvrait à demi un tapis de plumes de perro-

  1. Rien ! rien !
  2. On sait que cette couleur est celle de la cocarde espagnole.