Page:Hyspa - Chansons d’humour, 1903.djvu/338

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On ne doit faire aux éléphants
Nulle peine même légère...
Ils sont si doux, ces innocents,
Suspendus au sein de leur mère !
Dieu mit dans leurs yeux caressants
   Comme un rayon de sa lumière.
Quand ils vont à pas chancelants,
Le lys s'incline jusqu'à terre,
Et, les voyant passer si blancs,
Le tourtereau se croit leur frère.

(Car l'éléphant n'est pas méchant ;
C'est un animal débonnaire,