Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PENSÉES


DE


Jean-Paul.




Les formalités allemandes ressemblent aux habits longs qui soutiennent d’abord pendant quelque temps au-dessus de l’eau celui qui y tombe, mais qui t’entraînent ensuite au fond par leur pesanteur.


Si nos philosophes arrachent les pavés du temple de la vérité, c’est moins pour se préserver des bombes qu’on y lance, que pour se les jeter à la tête et casser les vitres.


Rien au monde de plus touchant que la vue d’une réconciliation. Nos faiblesses ne sont