Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


–M–

pas payées trop cher lorsqu’on nous tes pardonne, et t’Ange incapable de ressentiment devrait porter envie à l’homme qui sait le vaincre. Lorsqu’on pardonne, celui qui a blessé notre eceur est semblable à ce ver marin qui perce les coquillages, et qui bouche ensmte avec des perles tes trous qu’H y a faits.

Notre’stècte a la vertu du diable, celle qui fait te tourment de ceux qui en ont aussi peu que lui.

ia~~e

Beaucoup d’hommes ressemblent au verre, si uni, si poli et si doux au toucher tant qu’on ne le froisse ni ne le brise, mais qui devient alors singulièrement tranchant, et dont tous les éclats blessent.

La vie d’un courtisan est, comme celle du