Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


–27–

Les peines d’an amour non partagé et les chagrins d’an divorce rappellent tes dents qui nous causent de la douleur lorsqu’elles p<HMsent et tonqu’oo tes arrache.

La ProHdence a donné aux Français l’empire de la terre, aux Anglais celui de la mer, aux Allemands celui de l’air.

! ~S~

On entend p ! uscommané<hentdMM te grand monde un écho qu’âne réponse. Les jeunes filles surtout n’écoutent qu’eHe~mémes et ne voient que tes autres.

Les femmes sont toujours malades, mais seulement des nerfs ; tes plus sensibles sont tes plus souffrantes ; tes plus raisonnables ou les plus froides, eettes qui se portent le mieux. Les seuls remèdes qui fassent plus de bien