Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


32

Beaucoup de gens se laissent enlacer par t’érudition comme par un lierre desséchant. ta.e< !

Ne dites pas : Nous voulons souffrir, car vous le devez ; dites plutôt Nous voulons agir, car vous n’y ttes pas obligés.

t~9 « 

On éprouve tes pierres précieuses par les miroirs ardents, les peuples par les conquérants.

~-e’t

Dans les grandes villes, un étranger commence par vivre à l’auberge et à ses dépens les premiers jours de son arrivée ; bientôt après il est hébergé chez ses amis. Lorsqu’on arrive dans ce monde, au contraire, on est défrayé pendant tes premières années ; mais ptus tard et bien long-temps car cela dure quelquefois soixante ans, il faut, et j’en ai les preuves en mains, tout payer et au poids de