Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


–40–

Heureux celui dont le cœur ne demande qu’un cœur, et qui ne désire de plus ni parc à l’anglaise, ni opera tefm, ni musique de Mozart, ni tableaux de Raphaël, ni éclipse de lune, ni même un clair de tune, ni scènes de romans, ni leur accomplissement !

! s.e’<<

Plus on est faible, et plus on ment ; la force suit une ligne droite, les boulets creux déer ! * vent une parabole. =,

)B.e.at

L’on raconte à la louange du célèbre thëologien Spener, qu’il adressait trois fois par c : jour des prières à Dieu pour ses amis ; on remarque avec une égale satisfaction que le courtisan prie chaque jour en faveur de ses amis son prince, qui est un dieu pour ! ni, a6n d’en obtenir quelques graces.

! e~ «