Page:Laveleye - Les Nibelungen.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






LA DÉTRESSE

DES

NIBELUNGEN







I. LE RÊVE DE KRIEMHILT


Les anciennes traditions nous rapportent des merveilles et nous parlent de héros dignes de louanges, d’exploits audacieux, de fêtes joyeuses, de pleurs et de gémissements. Maintenant vous pouvez entendre redire l’histoire merveilleuse de ces guerriers valeureux.

Il croissait en Burgondie une jeune fille si jolie, qu’en nul pays il ne s’en pouvait rencontrer qui la surpassât en beauté. Elle était appelée Kriemhilt, et c’était une belle femme ! À cause d’elle beaucoup de héros devaient perdre la vie.

De vaillants guerriers osaient, dans leurs désirs, prétendre comme il sied à la vierge digne d’amour ; personne ne la haïssait ! Prodigieusement beau était son noble corps. Les qualités de cette jeune fille eussent orné toute femme.