Page:Laveleye - Les Nibelungen.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Trois rois la gardaient, nobles et puissants : Gunther et Gêrnôt, guerriers illustres, et Gîselher, le plus jeune, un guerrier d’élite. La vierge était leur sœur, et ces chefs avaient à veiller sur elle.

Ces princes étaient bons et nés d’une haute race. Héros accomplis, ils étaient démesurément forts et d’une audace extraordinaire. Leur pays s’appelait Burgondie : ils accomplirent des prodiges de valeur dans le pays d’Etzel.

Ils habitaient en leur puissance à Worms sur le Rhin. Beaucoup de fiers chevaliers de leurs terres les servirent, avec grand honneur, jusqu’au temps de leur mort ; mais eux périrent lamentablement par la jalousie de deux nobles femmes.

Leur mère, reine puissante, s’appelait dame Uote. Leur père Dankrât, qui en mourant leur laissa son héritage, était doué d’une grande force ; dans sa jeunesse, il avait aussi acquis beaucoup de gloire.

Ces trois rois étaient, comme je l’ai dit, d’une haute valeur : aussi leur étaient soumis les meilleurs guerriers dont on ait ouï parler, tous très forts et très intrépides dans les combats.

C’étaient Hagene de Troneje [1] et son frère Dancwart le très agile, et Ortwîn de Metz, et les deux margraves Gêre et Eckewart, et Volkêr d’Alzeye[2], doué d’une indomptable valeur.

Rûmolt, le maître des cuisines, un guerrier d’élite ; Sindolt et Hûnolt, qui devaient diriger la cour et les fêtes

  1. Il existe un burg du nom de Troneck sur la petite rivière le Dron qui se jette dans la Moselle entre Trèves et Neumagen.
  2. Localité d’origine romaine, Alteis, près de Worms.