Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




C’était court, mais décisif.

Puis plus bas :

M. Bobby a perdu cent mille francs !

Et sous ces rubriques à grand tam-tam on lisait ceci :

— Nous avons reçu de M. Bobby, l’illustre, l’impeccable détective anglais, une lettre dans laquelle il nous déclare accepter le pari de cent mille francs que nous avons porté. C’est à notre grand regret, en raison de l’entente cordiale, que nous faisons signifier à M. Bobby, une sommation d’avoir à verser aux pauvres de Paris, c’est-à-dire entre les mains de M. Mesureur, l’éminent directeur de l’Assistance publique, la somme en question dont reçu lui sera délivré.

« Car, deux faits seront établis plus loin.

« L’un d’abord, qui ne peut être contesté, c’est que le cadavre de la victime inconnue a été trouvé au pied de l’Obélisque le 2 avril à cinq heures du matin…

« Le second dont les preuves sont indiscutables…

« C’est que le nommé Coxward, boxeur de profession, se trouvait le 1er avril, entre minuit et une heure du matin (c’est-à-dire pen-