Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


garder la paix, c’est-à-dire à ne point troubler l’ordre… répondez-moi, je vous prie…

M. Bobby se redressa avec une imposante dignité :

— C’est-à-dire qu’à moi, citoyen de la libre Angleterre, vous voulez imposer cette opinion contraire à la vérité… que Coxward n’est pas Coxward.

— Je n’entends rien vous imposer du tout — si ce n’est de vous tenir tranquille et de n’aller point assaillir les gens chez eux, ainsi qu’a eu tort de le faire la très honorable madame Bobby.

— Madame Bobby, agissant selon sa conscience, ne mérite aucun blâme…

— Donnez-nous au moins votre parole que vous ne recommencerez pas…

— Je m’y refuse…

— Et vous, madame Bobby ?

— Je m’y refuse.

— Alors je me vois contraint d’user des droits que la loi me confère… vous allez rentrer à votre hôtel, vous, monsieur Bobby, et faire vos préparatifs de départ… le train de Calais part à huit heures… vous trouverez Madame Bobby à la gare du Nord, et, signification vous étant