Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


çais les accablaient, que c’était infâme que d’accuser M. Bobby d’erreur ou de mensonge, qu’il ne s’était jamais trompé et que la tête sur le billot de Marie Stuart, elle jurerait encore que le mort de l’Obélisque était Coxward.

— Mais vous, madame, vous connaissez ce Coxward ?

— Pour qui me prenez-vous ; est-ce que je fréquente des gens de cette catégorie ?

— Alors, comment savez-vous que c’est lui qui…

— M. Bobby l’a dit…

— Très bien ! très bien ! fit une voix claire, celle de M. Bobby qui venait d’être introduit. Cette réponse est conforme aux enseignements de la raison. La femme doit croire à toute parole de son mari…

— Ah ! vous voici, monsieur Bobby, fit le préfet d’un accent assez sec. Vous êtes citoyen anglais : donc vous savez ce que signifient les mots : To keep the peace, gardez la paix. Or, si je ne discute pas vos opinions, j’estime qu’il vous est interdit de faire du scandale pour les affirmer, et, avant de prendre à votre égard une décision qui me peinerait, je vous demande si vous et Madame Bobby vous vous engagez à