Page:Lignon - Importance de la conformation de la tête sur les aptitudes du cheval.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 19 —

idée est à quelque chose près la même que celle qui a inspiré les auteurs qui ont choisi pour type la tête carrée, comme nous allons le voir. Quant à l’invariabilité de la forme de la tête, nous verrons plus tard ce qu’on doit en penser.


III

CONFORMATION TYPE DE LA TÊTE DU CHEVAL.


Pour faire un groupement important des idées admises sur la conformation de la tête du cheval, il faut prendre en elle ce qu’il y a de meilleur, en élaguer les défectuosités. Il est rare, en effet, de trouver un cheval dont la tête ait la forme accomplie, les dimensions voulues, et reconnues comme typiques ; tandis que sur des chevaux différents, on peut trouver épars les caractères que je vais réunir ici en un seul groupe ; on aura ainsi un terme de comparaison, un point de mire vers lequel tendront tous les efforts. Ce qu’on doit d’abord rechercher dans la tête, c’est la largeur. Elle doit être aussi avantageuse que possible, sans toutefois atteindre des proportions démesurées, qui, sans nuire à sa beauté absolue, nuiraient du moins à sa beauté relative. Outre cette première condition, elle doit être longue des yeux à son extrémité supérieure, courte, au contraire, des yeux au bout du nez. On reconnaît sans doute, dans la corrélation de ces dimensions, le tableau de la tête carrée, qui, chez le cheval comme chez l’homme, représente le type le plus intelligent qu’on puisse rechercher.

On doit aussi prendre d’autres caractères, qui sont l’expression de l’état des fonctions : un chanfrein large, indice des cavités nasales spacieuses ; des naseaux bien ouverts, aux ailes rigides et mobiles ; des lèvres fermes et fortement contractées ; des ganaches nettes, pour loger à l’aise un