Page:Liszt - Lohengrin et Tannhäuser, 1851.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
46

inspiré par la Vierge qu’il servait si fidèlement, parvenait toujours à résoudre avec une facilité innatendue, et d’une manière si naturelle, qu’il remplit son adversaire de confusion. On n’ignore pas que W. v. Eschenbach, fut l’auteur de la fameuse épopée de Parcival et Titurel. Lohengrin fils de Parcival, est le héros de ce poème fondé sur la tradition du St Graal.

Le St Graal était une coupe faite d’une pierre précieuse et éblouissante, tombée de la couronne de Lucifer au moment de sa chute. Dans cette coupe, Notre Seigneur consacra le pain et le vin à la Ste Cène, et Joseph d’Arimathié y recueillit le sang qui s’échappait de la plaie faite à son côté lorsqu’il était en croix. Joseph dans la suite apporta cette coupe en Angleterre, où elle fut commise à la garde du Roi Artus et des chevaliers de la Table-Ronde. Plus tard, Parcival le plus parfait des chevaliers, emporta le St Graal aux Indes ; de là il fut transporté au Mont Salvat, qui selon les uns était dans l’Aragon, selon d’autres dans l’Inde aussi. C’était une montagne sainte, entourée au loin d’une forêt de cyprès et de cèdres, que nul ne pouvait traverser sans y être mystérieusement guidé, par la volonté de Dieu. Là, Titurel bâtit un temple magnifique en or, en bois d’aloës, et en fines pierreries, où le St Graal fut définitivement déposé. On y trouvait