Page:May - Une maison mystérieuse à Stamboul, 1915.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE


Les voyages de M. Karl May dans le Levant ont déjà rempli trois volumes de cette collection. Ces volumes s’intitulent : les Pirates de la mer Rouge, Une Visite au pays du diable et la Caravane de la mort. Quoique ces ouvrages puissent se lire séparément, ils ont ensemble une liaison que nous tenons à renouer par un court avant-propos placé en tête de chaque volume. Dans celui que nous publions aujourd’hui, notre narrateur, après avoir failli mourir de la peste aux environs de Bagdad, reprend le cours de ses pérégrinations, se rend à Damas, à Balbek, puis à Constantinople, autrement dit Stamboul, où l’attendent de nouvelles aventures non moins émouvantes que les premières.

Avant de laisser l’auteur les raconter, nous rappellerons qu’il voyage avec un Arabe du désert, son serviteur, presque son ami, l’intelligent, le dévoué, le brave petit Halef, dont le caractère, les reparties aussi fines que naïves, ne sont pas un des moindres attraits du récit. Notre explorateur a été accompagné dans une grande partie du chemin par un riche Anglais, original et bon