Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/395

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CARMEN

ACTE PREMIER

Une place, à Séville. ­— À droite, la porte de la manufacture de tabac. Au fond, face au public, pont praticable traversant la scène dans toute son étendue. ­– De la scène on arrive à ce pont par un escalier tournant qui fait sa révolution à droite, après la porte de la manufacture de tabac. — Le dessous du pont est praticable. ­— À gauche, au premier plan, le corps de garde.­ ­— Devant le corps de garde, une petite galerie couverte, exhaussée de deux ou trois marches. ­— Près du corps de garde, dans un râtelier, les lances des dragons avec leurs banderoles jaunes et rouges.



Scène PREMIÈRE

MORALÈS, MICAËLA, Soldats, Passants.


Au lever du rideau, une quinzaine de soldats (Dragons du régiment d’Alcala) sont groupés devant le corps de garde, les uns assis et fumant, les autres accoudés sur la balustrade de la galerie. ­— Mouvement de passants sur la place : des gens pressés, affairés, vont, viennent, se rencontrent, se saluent, se bousculent, etc.


CHŒUR
Sur la place
Chacun passe,
Chacun vient, chacun va ;
Drôles de gens que ces gens-là !

MORALÈS.
À la porte du corps de garde,
Pour tuer le temps,
On fume, on jase, l'on regarde
Passer les passants.