Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/396

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



REPRISE DU CHŒUR
Sur la place
Etc.

Depuis quelques minutes, Micaëla est entrée : ­— jupe bleue, nattes tombant sur les épaules ; ­— hésitante, embarrassée, elle regarde les soldats avance, recule.



MORALÈS, aux soldats.
Regardez donc cette petite
Qui semble vouloir nous parler…
Voyez, elle tourne, elle hésite…

CHŒUR
À son secours il faut aller.

MORALÈS, à Micaëla.
Que cherchez-vous, la belle ?

MICAËLA.
Je cherche un brigadier.

MORALÈS.
Je suis là,
Voilà !

MICAËLA.
Mon brigadier, à moi, s’appelle
Don José… le connaissez-vous ?

MORALÈS.
José ? Nous le connaissons tous.

MICAËLA.
Est-il avec vous, je vous prie ?

MORALÈS.
Il n’est pas brigadier dans notre compagnie.

MICAËLA, désolée.
Alors, il n’est pas là.

MORALÈS.
Non, ma charmante, il n’est pas là ;
Mais tout à l’heure il y sera…
Il y sera, quand la garde montante
Remplacera la garde descendante.