Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Taught thee the music of his own sweet numbers
And tuned — to chord with his — thy glorious lyre.

L’innocente Virginie avait pour Mrs Osgood autant d’affection que son mari, et elle la supplia, alors que leur amie par­tait en voyage pour sa santé, de continuer à correspondre avec Edgar, car elle estimait que l’influence de Mrs Osgood avait sur le poète des résultats bienfaisants.

Mrs Osgood traita avec mépris les calomnies répandues contre Poe, et quand on sait que celui-ci avait pour rival, dans les affections de la dame, Rufus Griswold, on se doute qu’elle dut bien souvent entendre formuler plus ou moins nettement à ses oreilles toutes sortes de calomnies.

Parmi les nombreuses dames qui s’intéressèrent au bien-être de Poe et des siens, aucune ne fut moins égoïste ni plus secourable que Mrs Shew. Elle ne savait rien de ses travaux littéraires ni de sa réputation, mais quand elle apprit qu’il était dans la détresse, elle donna aussitôt du meilleur d’elle-même. Du jour où elle vit pour la première fois la famille éprouvée, elle en devint l’ange gardien. Elle assura le confort des mourants et des vivants. Les derniers moments de la jeune épouse, qui s’éteignait de consomption, furent adoucis grâce à son secours. Mrs Clemm écrivit à cette bonne Samaritaine : « Sans votre aide opportune, nous n’aurions eu ni consolations suprêmes, ni messages affectueux, ni adieux émus, car dans sa faiblesse elle ne parlait plus qu’avec ses beaux yeux. » La gratitude que le poète conserva pour Marie-Louise Shew est manifeste dans les vers To M... L... S..., à celle à qui il devait

The resurrection of deep buried faith,
In Truth — in Virtue — in Humanity.

Après la mort de sa femme surtout, Poe ne pouvait vivre sans les conseils et la sympathie d’une femme indulgente et bonne. Peu après que les soucis mondains eurent appelé l’attention de Mrs Shew vers d’autres sphères d’activité, les pensées du poète furent attirées par les écrits de Mrs Whitman. Dans une conférence qu’il fit sur les Femmes Poètes de l’Amérique, il lui décerna la « prééminence pour les qualités du cœur, l’enthousiasme, l’imagination et le génie, à proprement parler ». Poe ne la connaissait pas personnellement, mais le bruit courut qu’après sa conférence, errant à minuit près de