Page:Mercure de France, t. 77, n° 278, 16 janvier 1909.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


premières amours, était devenue veuve. Il lui fit une visite, et, en peu de temps, il lui renouvela sa proposition d’autrefois. Elle demanda du temps pour réfléchir, mais, avec son habi­tuelle impétuosité, Poe déclara qu’« un amour qui hésitait n’était pas un amour digne de lui ». Ils échangèrent une pro­messe formelle. Quelques semaines plus tard, au moment où les cloches auraient dû carillonner les épousailles, le poète suc­comba à un trépas prématuré. La fin survint soudainement. Le 7 octobre 1849, l’âme tourmentée de Poe quitta ce monde...

JOHN H. INGRAM.


(Traduit de l’anglais par HENRY-D. DAVRAY.)