Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/243

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une veuve agréable affirme
Que Louis dix-sept n’est pas mort.
En cousant une carmagnole,
Une couturière soutient…
Soutient que l’amant qui s’envole
Ne vaut pas le mari qu’on tient.

Le dimanche, on dine en famille ;
Mais, quand arrive le café,
Une mère emmène sa fille,
Tant son cousin est échauffé.
Il faut chanter, dit le notaire ;
Mais un vieux marguillier répond
Répond qu’à danseuse légère
Il faut allonger le jupon.

Enfin, chacun dit ce qu’il pense,
Et c’est imprudent en effet,
Car notre ville est en Provence ;
Vous jugez du bruit qu’il s’y fait.
Un de ces jours, ils vont se battre ;
Aussi, pour mon compte, je crois
Je crois que deux et deux font quatre ;
De quatre ôtez un, reste trois.




LE CHEVALIER A BOIRE.


Il faut dire à plein gosier
L’histoire du chevalier
À boire !
Qui fut fameux dans son temps,