Page:Nerval - Aurélia, Lachenal & Ritter, 1985.djvu/155

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


feuillets, afin de les conserver. Songez que tout cela peut être lu dans un instant de contrariété, d’ennui, d’humeur légère, et que l’on peut ainsi jouer sur un morceau de papier son avenir et son bonheur, sa vie et sa mort. Non, non, je ne vous écris pas sérieusement aujourd’hui, et je garde les belles fleurs de mon amour, qui ne veulent plus s’épanouir que près de vous et sous vos yeux.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·