Page:Pascal - Oeuvres complètes, II.djvu/55

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


sans règle et sans réflexion ; et quand l’esprit le fait, il n’y pensait pas auparavant. C’est par nécessité que cela arrive.

L’on adore souvent ce qui ne croit pas être adoré, et on ne laisse pas de lui garder une fidélité inviolable, quoiqu’il n’en sache rien. Mais il faut que l’amour soit bien fin ou bien pur.

Nous connaissons l’esprit des hommes, et par conséquent leurs passions, par la comparaison que nous faisons de nous-mêmes avec les autres.

Je suis de l’avis de celui qui disait que dans l’amour on oubliait sa fortune, ses parents et ses amis : les grandes amitiés vont jusque-là. Ce qui fait que l’on va si loin dans l’amour, c’est qu’on ne songe pas que l’on aura besoin d’autre chose que de ce que l’on aime : l’esprit est plein ; il n’y a plus de place pour le soin ni pour l’inquiétude. La passion ne peut pas être belle sans excès ; de là vient qu’on ne se soucie pas de ce que dit le monde, que l’on sait déjà ne devoir pas condamner notre conduite, puisqu’elle vient de la raison. Il y a une plénitude de passion, il ne peut pas y avoir un commencement de réflexion.

Ce n’est point un effet de la coutume, c’est une obligation de la nature, que les hommes fassent les avances pour gagner l’amitié d’une dame.

Cet oubli que cause l’amour, et cet attachement à ce que l’on aime, fait naître des qualités que l’on n’avait pas auparavant. L’on devient magnifique, sans jamais l’avoir été. Un avaricieux même qui aime devient libéral, et il ne se souvient pas d’avoir jamais eu une habitude opposée : l’on en voit la raison en considérant qu’il y a des passions qui resserrent l’âme et qui la rendent immobile, et qu’il y en a qui l’agrandissent et la font répandre au dehors.

L’on a ôté mal à propos le nom de raison à l’amour, et on les a opposés sans un bon fondement, car l’amour et la raison n’est qu’une même chose. C’est une précipitation de pensées qui se porte d’un côté sans bien examiner tout, mais c’est toujours une raison, et l’on ne doit et on ne peut souhaiter que ce soit autrement, car nous serions des machines très désagréables. N’excluons donc point la raison de l’amour, puisqu’elle en est inséparable. Les poètes n’ont donc pas eu raison de nous dépeindre l’amour comme un aveugle ; il faut lui ôter son bandeau, et lui rendre désormais la jouissance de ses yeux.

Les âmes propres à l’amour demandent une vie d’action qui éclate en événements nouveaux. Comme le dedans est mouvement, il faut aussi que le dehors le soit, et cette manière de vivre est un merveilleux acheminement à la passion. C’est de là que ceux de la cour sont mieux reçus dans l’amour que ceux de la ville, parce que les uns sont tout de feu, et que les autres mènent une vie dont l’uniformité n’a rien qui frappe : la vie de tempête surprend, frappe et pénètre.

Il semble que l’on ait toute une autre âme quand l’on aime que quand on n’aime pas ; on s’élève par cette passion, et on devient tout grandeur ; il faut donc que le reste ait proportion, autrement cela ne convient pas, et partant cela est désagréable.

L’agréable et le beau n’est que la même chose, tout le monde en a l’idée. C’est d’une beauté morale que j’entends parler, qui consiste dans les paroles et dans les actions de dehors. L’on a bien une règle pour de