Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/129

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’INTRÉPIDE VIDE-BOUTEILLES


A. Forain.

— Et comme vin, Monsieur ?
— Une demi-Vichy.


Intrépide Vide-bouteilles,
Qui passas tes nuits et tes veilles
À boire de l’eau,
Intrépidement, dans laquelle
Devait se noyer ta cervelle,
Pauvre gigolo !

Je te vois toujours, glabre et blême,
Avec ta face de carême,
Tes yeux comme… cuits ;
Ta chair exsangue, molle et grasse,
Révélant toute la disgrâce
De tes blanches nuits.