Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/151

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GALANTERIE HOLLANDAISE


À Louis Marsolleau.


À son arrivée à Ruremonde la reine Wilhelmine trouva dans sa chambre des quantités de savons, peignes, parfumeries, etc… que les habitants lui confiaient, à condition que chaque objet leur serait rendu…
(Gazette de Hollande.)


Ils vinrent donc — dit la Gazette —
Quand la Reine les eut quittés,
Chercher les objets de toilette
Qu’ils avaient galamment prêtés.

Combien leur âme fut ravie
En constatant, tout à loisir,
Qu’elle s’était de tous servie,
Conformément à leur désir !