Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHANSON


Au sculpteur Desbois.


Le joli vin de mon ami
N’est pas un gaillard endormi ;
À peine échappé de la treille,
Sans se soucier de vieillir,
Il ne demande qu’à jaillir
De la bouteille.

Le cœur aussi de mon ami
Ne se donne pas à demi ;
Il n’est jamais d’humeur chagrine
Toujours prompt à vous accueillir,
Il ne demande qu’à jaillir
De sa poitrine.