Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



UN AMATEUR D’ALCOOL


À Gabriel Mourey.


Vous ne connaissez pas la salle Dupuytren ?…
Je vous en félicite,
Il faut avoir le cœur bardé d’un triple airain,
Pour lui faire visite.

Des mille objets hideux entassés en ce lieu,
Qu’il faut voir pour y croire,
Je ne veux retenir qu’une chose, pour le
Besoin de mon histoire :

Et ce sont des fœtus ignoblement bouffis,
Sans nulle forme humaine,
Mollissant dans l’alcool comme des fruits confits.
Eh bien, ces phénomènes,