Page:Prével et Tréfeu, La Romance de la rose.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de recommencer tous les jours, que je n’ai pas le courage de lui dire que c’est la voix de Francisque qu’elle a prise pour la mienne… Voilà pourquoi je le fais chanter ce garçon… Ça l’agace de chanter la même chose, je comprends ça ! ça me crispe !… moi aussi… Mais si nous cessons, si je ne maintiens pas l’Américaine sous le charme, adieu mes illusions, adieu mes espérances, au moment juste où je ne lui suis plus indifférent, et alors… (On entend un bruit de voix.) Oh ! c’est Francisque avec sa petite femme. Il y a de la brouille dans le ménage. Rentrons.


Scène VI

FRANCISQUE, RÉBECCA.


RÉBECCA.

Non, monsieur, non, vous ne vous promènerez pas sans moi au bord de l’eau.

FRANCISQUE.

Voyons, ma petite Rebecca.

RÉBECCA.

Je sais ce que vous allez y faire au bord de l’eau. J’ai des yeux, des oreilles.

FRANCISQUE.

Je vais comme tout le monde regarder la mer.

RÉBECCA.

Oui, la mer… quand elle a des filles !

DUETTO.
––––––Allez. J’ai deviné. Je gage.
FRANCISQUE.
––––––––––––Quoi quoi ?
RÉBECCA.
––––––Ce que vous cherchez sur la plage.
FRANCISQUE.
––––––––––––Moi ? moi ?
RÉBECCA.
––––––Et qui vous suivez à la nage.
FRANCISQUE.
––––––––––––Non ! non !
RÉBECCA.
––––––Je sais quel attrait vous engage