Page:Prével et Tréfeu, La Romance de la rose.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je vais vous chanter quelque chose de très-tendre. — Le chien du colonel ! (A part.) Une scie d’atelier.

LE CHIEN DU COLONEL.
I
––––––Un colonel avait un chien,
––––––Un chien qui n’était pas un chien !
––––––Il le savait peut-être bien,
––––––Mais son épous’ n’en savait rien !

Imitant des aboiements.

––––––––Rrrouah ! ouah ! ouah !
––––––––Mais qu’il fut donc cruel !
––––––––Le gros chien du colonel.
––––––––Mais qu’il fut donc cruel !
––––––––––––––––––Etc.
II
––––––C’était une chienne, je crois,
––––––Car un jour qu’ils marchaient tous trois
––––––Ils fur’nt suivis obstinément
––––––Par tous les chiens du régiment.
––––––––Rrrouah ! ouah ! ouah !
––––––––––––––––––Etc.
III
––––––Le colonel fut très-vexé
––––––Mais quand il voulut les chasser,
––––––Ce fut le sien qui le mordit.
––––––Entre les basques d’son habit !
––––––––Rrrouah ! etc.
IV
––––––Bref ! cet homm’ qui, — à cinquante ans,
––––––N’avait jamais souffert des dents
––––––Pour la premier’ fois sentit bien
––––––Qu’ les dents vous font un mal de chien !
––––––––Rrrouah ! etc.
MISTEESS.

Aôh ! c’était très-joli… mais j’aimais pas du tout… Vous chantez comme il chantait mon mari !…Oh ! … vous comprenez pas le sentimental, et votre ami il chantait si bien le sentimental.

JEAN-LOUIS, à part.

Ah ! elle aime el’ sentimental ? — Oh ! quelle idée ! — J’vas y en trouver !

Il sort par le fond.