Page:Prével et Tréfeu, La Romance de la rose.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––––––––Ton destin, etc.

On lui ferme brusquement la fenêtre au nez.

Ah ! c’est peut-être à cause des courants d’air.

Il s’avance près de la porte du pavillon et recommence.

––––––––––Ton destin, belle rose, etc.

Scène XVI

JEAN-LOUIS, MISTRESS.


MISTRESS.

Aoh ! Taisez-vô… profaner un si joli chose… Oh ! very bad, ridikoule, stioupide.

Jean-Louis continue. On entend Octave à son piano, qui tapote la romance en la jouant en valse.

MISTRESS.

No… no…

La valse continue. On entend tout à coup une clarinette qui joue la même romance dans le même mouvement, avec des couacs, et on voit promener un aveugle derrière la grille.


Scène XVII

Les Mêmes, FRANCISQUE et RÉBECCA, puis OCTAVE.


Ils arrivent en valsant et en chantant la romance aussi.

FRANCISQUE.

Tra la la… Tra la la la… madame Jonhson, si le cœur vous en dit… Tra la la la… quand il y en a pour deux… Tra la la…

MISTRESS.

Oh ! les Vandales !

On entend l’orchestre du casino qui attaque le même air.

MISTRESSS.

No… no… assez. Je veux plous, je puis plous. Je m’évanouis…

OCTAVE, entrant.

Ciel !

FRANCISQUE.

All Right !… je crois que ça y est !