Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Comment Pantagruel vint a Paris. xxxxx Cha. vii

Vignette 35

PRES que Pantagruel eut fort bien estudie a Orleans il se delibera de visiter la grande universite de Paris, mais devant que partir il fut adverty quil y avoit une grosse et enorme cloche a sainct Aignan dudict Orleans, qui estoit en terre pres de troys cens ans y avoit : car elle estoit si grosse que par nul engin lon ne la pouvoit mettre seulement hors de terre, combien que lon y eut applicque tous les moyens que mettent Vitruvius de architecture, Albertus de re edificatoria, Euclides, Theon, Archimenides, et Hiero. de ingeniis, car tout ny servit de rien. Dont voulentiers encline a lhumble requeste des citoyens et habitans de ladicte ville : delibera de la porter au clochier a ce destine. Et de faict sen vint au lieu ou elle estoit, et la leva de terre avecques le petit doigt aussi facillement que feriez une sonnette desparvier. Et devant que la porter au clochier voulut en donner une aubade par la ville, et la faire sonner par toutes les rues en la portant en sa main. Dont tout le monde se resiouyst fort, mais il en advint ung inconvenient bien grand : car en la portant ainsi, et la faisant sonner par les rues, tout le bon vin dOrleans poulsa, et se gasta. De quoy le monde ne se advisa point que la nuyt ensuyvant : car ung chascun se sentit tant altere davoir beu de ces vins poulsez, quils ne faisoient que cracher aussi blanc comme cotton disant, nous avons du Pantagruel, et avons les gorges sallees. Ce faict vint a Paris avecques ses gens. Et a son entree tout le monde sortit hors pour le veoir, comme vous scavez bien que le peuple de Paris est sot par nature : et le regardoient en grand