Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


esbahyssement, et non sans grande peur quil nemportast le Palais ailleurs en quelque pays a remotis, comme son pere avoit emporte les campanes de nostre dame, pour attacher au col de sa iument. Et apres quelque espace de temps quil y eut demoure et fort bien estudie en tous les sept ars liberaulx, Il disoit que cestoit une bonne ville pour vivre, mais non pas pour mourir : car les guenaulx de sainct Innocent se chauffoient le cul des ossemens des mors. Et trouva la librairie de sainct Victor fort magnifique, mesmement daulcuns livres quil y trouva, comme Bigua salutis, Bragueta iuris, Pantoufla decretorum, Malogranatum viciorum, Le Peloton de theologie, Le Vistempenard des prescheurs, composr par Pepin, La Couillebarine des preux, Les Hanebanes des evesques, Marmoretus de babouynis et cingis cum commento Dorbellis, Decretum universitatis Parisientis super gorgiasitate muliercularum ad placitum, Lapparition de saincte Gertrude a une nonain de Poissy estant en mal denfant, Ars honeste petandi in societate per M. Ortuinum, Le moustardier de penitence, Les Houseaulx, alias les bottes de patience, Formicarium artium, Le cabatz des notaires, Le pacquet de mariage, Le creziou de contemplation, Les faribolles de droict, Laguillon de vin, Lesperon de fromaige, Decrotatorium scholarium, Tartarerus de modo cacandi, Bricot de differentiis soupparum, Le Culot de discipline, La savate de humilite, Le Tripiez de bon pensement, Le Chaudron de magnanimite, Les Hanicrochemens des confesseurs, Les Lunettes des romipetes, Maioris de modio faciendi boudinos, La cornemuse des prelatz, Beda de optimitate tripatum,