Page:Racine - Œuvres, t7, éd. Mesnard, 1870.djvu/385

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
375
NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE.

franço’ise pour estre examinez par chacun de Messieurs de r Académie (s. i. n. d.). B. I.


II. — IMPRIMÉS.
1° — ŒUVRES DETACHEES.

La description détaillée des premières éditions des divers ouvrages de Racine a été donnée dans les Xotices que nous avons consacrées à chacun d’eux. Nous nous contenterons donc ici, la plupart du temps, de rappeler les titres, en renvoyant aux olumeset aux pages où se trouve la description.

Parmi les nombreuses réimpressions récentes des pièces du théâtre de Racine, nous avons tâché de n’omettre aucune de celles qui s<>nt accompagnées d’un travail d’éditeur. Il serait difficile que, parmi les autres, beaucoup ne. S eussent pas échappé.

Pour les traductions en langues étrangères, nous devons un certain nombre des renseignements dont nous avons fait usage a M. Alphonse Pauly, de la Bibliothèque impériale, de qui nous tenons également une bonne partie des notes sur lesquelles nous avons fait la bibliographie des imprimes français.

M. Cli. Marelle nous a envoyé de Berlin d’utiles informations sur les traductions allemandes.

M. Frédéric Muller, libraire bibliophile d’Amsterdam, a fait la recherche des traductions hollandaises. La personne qui nous a transmis son travail est la même a qui nous sommes redevables de la bibliographie anglaise. Tous nos remercîments lui sont dus ; mais elle ne nous a pas dorme le droit de la nommer ici.

M. Antoine de Latour a eu l’obligeance de nous communiquer les notes sur les traductions espagnoles : il les tenait de don Eugenio Hartzenbuch, directeur de la Bibliothèque nationale de Madrid, poète et critique émineut, et de don Cayetano Alberto de la Barrera, employé à la même bibliothèque, et auteur d’un dictionnaire, qui a été couronné, de l’art dramatique en Espagne.

Nous ne devons pas, dans nos remercîments, oublier M. Ravenel, conservateur à la Bibliothèque impériale, dont les lumières nous ont été d’un grand secours pour cette notice bibliographique, comme pour quelques autres parties de notre travail d’éditeur.