Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


29. (Le roi) ayant introduit (l’ascète) dans le gynécée, et lui ayant rendu les honneurs prescrits par les Çâstras, crut avoir fait, en l’amenant, ce qu’il avait à faire.

30. Toutes les femmes du gynécée, voyant de retour avec son époux Çântâ (la princesse) aux grands yeux, furent transportées d’allégresse.

31. Comblée d’hommages par (ces femmes) et surtout par le roi, elle habita là, un certain temps, heureuse avec le Deux-fois-né.


Tel est, dans le vénérable Râmâyana,

Le premier des poèmes, œuvre de Vâlmîki, le Rǐshi,

Le onzième Sarga du Bâlakânda.