Page:Ranc - Souvenirs-correspondance, 1831-1908.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naient un plaisir extrême à entendre le grand-oncle le recteur, discuter des idées nouvelles, des « utopies » qui trente ans plus tard devaient être des réalités.

C’est dans ce milieu que Arthur Ranc naquit. C’est là qu’il fut élevé. C’est là qu’il passa les premières années de sa robuste jeunesse.

Rane est né à Poitiers le 20 décembre 1831.

Voici son extrait de naissance :


RANC.
Poitiers,

L’an 1831, et le 21 du mois de décembre, à une heure après midi, a comparu monsieur Joseph-Odilon Ranc, avoué près la Cour royale de cette ville, âgé de 28 ans, demeurant à Poitiers, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin, né hier à onze heures du matin dans sa maison située place du Pilori, de lui déclarant et de dame Julie Massé, son épouse, âgée de vingt-trois ans, et auquel il a donné le prénom d’Arthur. Lesdites déclarations et présentation faites en présence de MM. David-Pierre-Jacques Massé, conseiller de Préfecture, âgé de soixante-dix-sept ans, aïeul de l’enfant, et de Maurice Ranc, recteur de l’Académie de cette ville, âgé de soixante-six ans, grand-oncle de l’enfant, et demeurant à Poitiers.


M. et Mme Odilon Ranc habitaient à Poitiers, un hôtel place du Pilori. Ils avaient aux environs, une propriété. Les Roches Pré-Marie.

L’été, des parents, des amis, venaient jouir des ombrages de la châtaigneraie bordée par le Clain. Mme Odilon Ranc savait, par son tact et sa distinction, rendre ces réunions agréables et intéressantes.

À sept ans, Ranc entrait au Collège royal de Poitiers, où pendant neuf ans il remporta des succès scolaires soutenus. De 1839 à 1847, le principal du Collège, invariablement, chaque année à la distribution des prix, annonçait :