Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
MORCEAUX CHOISIS ET PENSÉES

Cela signifie surtout que, moins qu’aucune autre, elle est sujette à l’erreur. La perception a ses méprises, la conception ses lacunes, l’induction ses témérités, l’opinion ses dissidences, l’observation ses mécomptes, l’expérience ses égarements. Seule, la déduction ne trompe point, quand elle suit la loi du raisonnement. La science qu’elle établit progresse avec plus ou moins de lenteur ; mais ses vérités une fois démontrées, sont parfaites, définitives, et ne changent plus.

La théorie des grandeurs est l’unique exemple d’une construction scientifique ne laissant rien à désirer…… A ce titre, elle méritait le nom de « science par excellence » (mathésis) que les Grecs lui avaient donné. Elle est la science type, l’idéal de connaissance certaine proposé pour modèle à toutes les sciences de fait, mais dont celles-ci ne se rapprochent qu’en lui empruntant sa méthode et en subordonnant leurs mensurations à ses lois.

Bourdeau.

Dire que les mathématiques ne laissent rien à désirer, c’est trop dire. Là aussi, il reste encore des questions à élucider.


Ce qui est acquis dans les sciences de démonstration, dans les mathématiques, par exemple, est absolument parfait ; ce qui est acquis dans les sciences d’observation est indéfiniment perfectible et conséquemment variable,