Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
MORCEAUX CHOISIS ET PENSÉES

rigoureusement égales ; il n’en est pas ainsi d’un objet réel ; jamais la moitié, le quart, le dixième de cet objet ne sera rigoureusement égal à l’autre moitié, à chacun des trois autres quarts, à chacun des neuf autres dixièmes, et même plus les subdivisions se multiplieront, plus l’inégalité réelle des parties augmentera. Le cercle des géomètres a des rayons absolument égaux ; jamais il n’en sera ainsi des rayons d’un cercle réel ; tous les points d’une surface sphérique sont équidistants du centre ; jamais il n’en sera ainsi des rayons d’une sphère matérielle. En second lieu, le mathématicien considère souvent des nombres et des figures dont il n’a jamais trouvé les modèles dans la réalité. Toute division d’un objet réel en parties égales a une limite que nos sens et nos instruments de précision, même les plus perfectionnés, sont impuissants à franchir ; cette limite, la pensée du mathématicien la franchit aisément, et au delà des plus petites divisions possibles d’un objet, il conçoit d’autres divisions encore et toujours à l’infini ; de même il est des limites à l’addition des objets ; il n’en est pas à celle des unités mathématiques ; la nature a bien vite cessé de fournir ; la numération ne s’arrête jamais. De même en géométrie, si variées que soient les formes réalisées dans la nature, il en est dont le géomètre étudie les propriétés, sans les avoir jamais rencontrées dans le monde extérieur. Qui a vu un polygone régulier d’un millier de côtés ?

Il résulte de ce double fait que, même dans le cas où l’esprit tirerait de l’expérience les premiers éléments dont il compose les notions mathématiques, il les élabore, les transforme, et ne tarde pas à s’affranchir