Page:Retinger - Le Conte fantastique dans le romantisme français, 1909.djvu/127

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 125 —

Préface des Contes fantastiques et Contes littéraires (Levasseur et Monnier, i834, 7 vol.). La grande réputation de Janin comme critique fut pour beaucoup dans le succès qu’eut ici Hoffmann, mais les œuvres que Janin a écrites sous son influence ont très peu de valeur. Elles sont lourdes et froides, dénuées de fantaisie, bref tout le contraire de ce qu’elles voulaient être.

De même, le charmant auteur des Guêpes, Alphonse Karr, a essayé quelquefois sa plume dans ce genre, mais sans succès. Un écrivain, du reste inconnu, Léon de Wailly, a donné un bien joli conte dans le même genre, sous le titre L’autre Chambre {Revue des Deux-Mondes, i83i, t. iv). C’est une histoire qui ressemble au Pot d’Or d’Hoffmann, mais qui est bien écrite, bien composée et très intéressante en même temps.

Parmi les imitateurs de M me Radcliffe et de son cercle, il faut citer en premier lieu Paul Féval qui en son temps fut presque l’égal en succès d’Alexan dre Dumas, et que maintenant encore on rapproche parfois de Fauteur des Trois Mousquetaires (1).

(1) Cf. Vre. Spoelberh de Lovcnjoul. Lundis d’an chercheur (Lévy,