Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Lignière, sévèrement.

Ne donnâtes-vous pas ?Des petits pains !Au lait.
–– Et le théâtre ! Vous l’aimez ?


Ragueneau.

–– Et le théâtre ! Vous l’aimez ?Je l’idolâtre.


Lignière.

Vous payez en gâteaux vos billets de théâtre !
Votre place, aujourd’hui, là, voyons, entre nous,
Vous a coûté combien ?


Ragueneau.

Vous a coûté combien ?Quatre flans. Quinze choux.
(Il regarde de tous côtés.)
Monsieur de Cyrano n’est pas là ? Je m’étonne.


Lignière.

Pourquoi ?


Ragueneau.

Pourquoi ?Montfleury joue !


Lignière.

Pourquoi ?Montfleury joue !En effet, cette tonne
Va nous jouer ce soir le rôle de Phédon.
Qu’importe à Cyrano ?


Ragueneau.

Qu’importe à Cyrano ?Mais vous ignorez donc ?
Il fit à Montfleury, messieurs, qu’il prit en haine,
Défense, pour un mois, de reparaître en scène.


Lignière, qui en est à son quatrième petit verre.

Eh bien ?


Ragueneau.

Eh bien ?Montfleury joue !


Cuigy, qui s’est rapproché de son groupe.

Eh bien ?Montfleury joue !Il n’y peut rien.


Ragueneau.

Eh bien ?Montfleury joue !Il n’y peut rien.Oh ! oh !
Moi, je suis venu voir !