Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/303

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fixé par les quatre pieds au plancher du véhicule, dont les roues en tournant produisaient un ut élevé.

Un esclave placé entre les deux brancards compléta l’équipage, dont Kalj parut enchanté. Désormais on rencontra souvent le jeune malade installé dans le fauteuil d’osier et vaillamment accompagné par Méisdehl, qui cheminait à ses côtés.