Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/304

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIII


En trois semaines Chènevillot termina une petite scène d’aspect fort coquet. Parmi les ouvriers, qui tous avaient fait preuve d’un zèle infatigable, le peintre en bâtiments Toresse et le tapissier Beaucreau méritaient des éloges particuliers. Toresse, qui, fort méfiant à l’endroit des fournitures américaines, s’était muni de barils remplis de peintures diverses, avait recouvert l’édifice entier d’une magnifique teinte rouge ; sur le fronton, les mots : « Club des Incomparables » s’étoilaient d’une foule de rayons symbolisant la gloire de la brillante association. Beaucreau ayant, de son côté, emporté un stock d’étoffes destinées à Ballesteros, s’était servi d’un souple damas écarlate pour poser deux larges rideaux se rejoignant au milieu de