Page:Saune - De l’élevage du poulain.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 32 —

Les poulains, avons-nous dit plus haut, doivent être pendant leur âge tendre suffisamment nourris ; nous avons fait ressortir les avantages d’un bon régime. Mais, sous tous les rapports, il doit être donné avec mesure, quel qu’il soit ; il ne peut sans l’aide du temps précipiter la croissance de manière à ce qu’elle soit achevée avant le terme marqué dans l’ordre établi. La fermeté des abouts articulaires, la soudure des épiphyses, la résistance des muscles, l’endurcissement et la ténacité des ligaments sont des phénomènes qui se produisent toujours graduellement et selon l’ordre peu variable propre à chaque espèce et à chaque race.

Toutefois, en douant au plus vite les poulains de la force et de la taille qu’ils doivent acquérir, une bonne nourriture permet de les utiliser.

On voit beaucoup de petits propriétaires qui attellent des poulains de deux ans et demi à trois ans à des véhicules à deux roues, lesquels sont très-volants ; ils les ont bientôt dressés à ce mode d’attelage et avec des ménagements ils en tireront des services très-rémunérateurs sans leur nuire. Au contraire, cela constitue pour les poulains un exercice qui développe leurs formes et forme le moral, qui ne gagne pas toujours par le fait de l’exercice en liberté.


TROISIÈME PÉRIODE


De deux ans et demi à quatre ans.


Je n’ai pas à revenir ici sur les moyens d’entretien ; ils doivent être les mêmes que ceux que j’ai signalés précédemment ; mais il faut à cette période augmenter la ration d’avoine et cela parce que les pou-