Page:Schwob - Mœurs des diurnales, 1903.djvu/105

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il ignore (et peut-être vous, qui n’êtes point marin) ce que sont les vents alizés. Supprimez donc le mot vents, qui vous entraînerait à de dangereuses explications, et unissez habilement les termes techniques alizés et antennes, lesquels s’expliqueront bien l’un l’autre. Et notez que vous y gagnez d’étonner à la fois votre public et de flatter sa mémoire. Vous écrirez donc :


L’on ne peut plus se tromper sur l’état de l’atmosphère politique. Décidément les alizés n’inclinent plus leurs antennes du même côté. Le vent dans les hautes couches va changer de direction.

Le Temps, 20 octobre 1902.)


Souvent aussi on trouve avantage à employer les locutions étrangères ou les mots techniques d’une façon indistincte ; on peut varier les termes grecs par un a privatif :


La date de l’inauguration de l’Exposition d’Hanoi a été reculée, sine die, au 16 novembre.

(Écho de Paris, 4 novembre 1902.)


La zoophilie donne lieu à de l’extravagance ; tel n’est pas le cas de Vidal.

(Le Journal, 5 novembre 1902.)