Page:Schwob - Mœurs des diurnales, 1903.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



On nous prouvera demain que l’inversion des attractions, la nécrophilie, la bestialité, l’azoophilie ne sont que des maladies, des indispositions, comme les vapeurs des dames.

(Jean de Bonnefon, le Journal, 6 nov. 1902.)


Deux cents jeunes filles des orphelinats anglais de Paris, en petits bonnets de linge auréolant de délicieux visages de Keepsacks, jupes longues en fourreau, de couleurs vives.

(Gil-Blas, 4 mai 1908.)


Bussiness ares

Un de nos amis, attaché à l’ambassade d’Angleterre, nous affirme…

(Écho de Paris, 4 mai 1903.)


Deux personnes se réunissent « pour traiter, stantes pede in uno, à brûle-pourpoint et à toute vapeur, des questions… »

(Le Temps, 13 novembre 1902.)


Le professeur Koch commet, à notre avis, une erreur capitale, en comparant les accidents produits par la consommation des produits tuberculeux, chez les individus isolés, aux accidents produits en masse dans certains milieux par la consommation des viandes charbonneuses ou autres affections aiguës.

(Le Temps, 1er novembre 1902.)