Page:Schwob - Mœurs des diurnales, 1903.djvu/121

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DE L’ALLUSION


Ayez soin, selon le précepte, de toujours respecter le lecteur français :


Mme de R*** a retenu deux saillies d’Édouard III, l’étalon du vicomte d’Orléans.

(Le Jockey, 10 nov. 1902.)


Andrea est une enfant un peu maladive, petite, le teint mat ; elle ne parlait pas beaucoup, avait un caractère peu facile et faisait quelquefois de petits coups en dessous.

(Le Journal, 20 nov. 1902.)


Elle était si réservée dans son allure, si timide, que je n’aurais jamais cru possible qu’un homme pût entrer dans son intimité.

(Le Temps, 22 nov. 1902.)


… Un vieux bonhomme de prêtre, fort de son expé-