Page:Schwob - Mœurs des diurnales, 1903.djvu/86

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à modèles. Le patron entre. Delaroche s’écrie :

— L’odeur de céans est plus que gothique et les modèles que l’Italie subjuguée abandonne à la France nous abreuvent sous l’ignominie de leurs défécations. Oyez, oyez, Messieurs de la masse ; voyez, voyez, si j’ose dire, cet étron encore tout fumant de gloire !

Le baron Gros, qui avait la vue courte, s’approche — puis recule.

— Jeunes gens, dit-il, quand aurez-vous donc le respect de vos maîtres ? Rapin servant, emportez ceci sur la pelle, et brûlez du sucre. Jeunes gens, soyez sérieux.

— Pardonnez-nous, Maître, dit alors Delaroche ; ce n’était, comme on dit, qu’une fumisterie : il est de carton-pâte.


Il est de carton-pâte !
Et peint en pleine pâte.


chanta le chœur.

— Vous le jurez sur la glaive de Romulus ? dit Gros en souriant.


Nous le jurons !


reprit le chœur.