Page:Stowe - Marion Jones.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je croyais que la vieille fille avait trop de fierté pour cela ; vous savez qu’il existe une contestation entre M. Dudley et ces deux filles !

— En vérité ! dit Joseph ; je croyais que le diacre ne se querellait jamais avec personne.

— Non, mais Silence se querellera avec lui ; c’est une rude créature, celle-là. Et le père Mâchoire se renversa sur sa chaise pour songer avec plaisir aux rares qualités de miss Silence pour les discussions. — Mais je la dompterai, reprit-il, j’en connais les moyens.

— Je ne savais pas, mon père, que vous eussiez rien à démêler avec leurs affaires.

— Vous ne saviez pas cela ? Vous verrez si je n’ai rien à démêler avec eux… Écoutez, Joseph, je veux que vous soyez avocat ; je le suis pas mal déjà moi-même pour un homme qui n’a pas été au collège. Mais voici de quoi il s’agit… Et le père Adams se lança dans un exposé des motifs du litige, et conclut par ces paroles : Maintenant, Joseph, voici la pierre sur laquelle vous pourrez aiguiser vos esprits.

En témoignage de son obéissance pour