Page:Sue - Le Juif errant - Tomes 9-10.djvu/264

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


grigny, faites à l’instant partir pour Vienne la note qui était prête, afin d’annoncer à qui vous savez le départ et la prochaine arrivée du maréchal. Tout est prévu. Ce soir, j’écrirai plus amplement.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Le lendemain matin, sur les huit heures, madame de Saint-Dizier dans sa voiture, et Rodin dans son fiacre, se dirigeaient vers la maison du maréchal Simon.




II


Le bonheur.


Depuis deux jours, le maréchal Simon est parti. Il est huit heures du matin ; Dagobert, marchant avec de grandes précautions sur la pointe du pied, afin de ne pas faire crier le parquet, traverse le salon qui conduit à la chambre à coucher de Rose et de Blanche, et va discrètement coller son oreille à la porte de