Page:Testament Louis XVI Marie-Antoinette.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
(10)

C’o)

un nomine* Bault, qui conserva tous les Igards que Ton pouvait hazarder dans cette circonstance , mais qui ne pouvait approcher sa prisonni&re , qu’acconipagn£ de deux gendarmes ; il £tait la seule personne de la conciergerie qui l’approchdt. Or, le 16 octobre> aussit6t que la Reine fbt rentr£e du tribunal, et il£tait quatre heures et demie du matin, elle demanda Bault, afin d’obtenir ce qui lui itait n£cessaire pour £crire. II lui apporta bient6t ce qu’elle d6sirait , et il la laissa seule.

Voilk done la Reine de France occup£e h £crire k madame Elisabeth une lettre que celle-ci ne devait point connattre. La yoilk dope seule avec Dieu , se reposant en quelque sorte des fatigues du malheur , parce qu’elle voyait un terme h ses infortunes. La oh libre enfin ; elle ne craint plus ses bourreaux , elle laisse parler son coeur, et nous allons connattre toutes ses pensies k sa derni&re heure.

Aussitdt que la Reine eut fini d’&xire, Bault fut rapped. Elle le chargea d’une lettre Mais il n’avait pu rentrer ’ sans les deux gendarmes , et il fallut remettre au comit£ r£volutionnaire ce qu’une main bien chere derait conserver; Helas I dit Bault k son épouse[1] en rentrant chez lui, ta pauvre Reine a ecrit, elle m J a donne sa lettre , maisfe rfaipu la remettre a son adresse j il afallu la porter a Fouquier. Voila des faits peu connus, mais dont nous sommes certains et qui prouvent jnsqu’k l’^vidence Fauthenticit£ d» Testament de la Reine. Comment en effet ne pas reconnahre ce Testament dans la lettre remise k Bault et port£e & Fouquier ? Voyons ce quelle derint ensuite-


  1. La veuve Bault , qui nous a fourni tous ces details , ne pouvait approcher de la Reine f mais Bault , connaissant toute sa veneration pour cette princess* infortun^e , ne lui en parlait jamais en particulier quen la Jcsignani pas ces» mots : Ta pauvre Rtine !