Page:Testament Louis XVI Marie-Antoinette.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
(13)


« alors m£me qu’il las renouvelle. Cette lettre est reconnaissable «c par Fempreinte de l’&riture de la Heine, dont les caracteres ne a sont nulle part traces d’une main plus ferme et plus sAre , comme « pour montrer le calme de son Ame en cet aflreux moment. Elle u n’est pas sign£e ; mais l’authenticit£ en est garantie par un t£moia gnage qui inspire Ffaorreur Le Testament de la victime « est sig

OS) n£ par ses bourreaux. »

« Ce Testament respire la tendresse d’une mfere, d’une soeur et d’une a amie , la dignity d’une reine , la fermet£ dun sage : il est digne cc d’etre entendu k cdt«S de ce testament auguste et saint qui mcirita « d’etre lu dans la chaire de vcSritcS } apres la parole de Dieu. » M. le comte de Caze donne ici lecture de la lettre de la Reine de France, Marie-Antoinette , k sa soeur madame Elisabeth. . Apres celte lecture, le Ministre est long-temps sans pouvoir pourauivre ; l’&notion de 1’assemblcSe et la sienne ne le lui permettent pas ; des pleurs sont dans tous les yeux : ce n’est qu’apr£s un long silence que le Ministre peut reprendre la parole. cc Messieurs , dit M. le comte de Caze ,. le Roi, en nous chargeant a de cette auguste communication , a bien voulu nous autoriser k « vous dire , qu’en faisant tomber son choix sur nous , c’&ait autant w le depute que le ministre qu’il avait voulu honorer. S. M. a d£sir6 « aussi que vous vissiez dans cette communication une preuve du « besoin qu’elle £prouve de confondre tous ses sentimens dans ceux <* de son peuple , et de vous faire partager les consolations quelle cc recoit comme elle partage nos esp&rances et nos maux. « Te depose sur le bureau une copie certified du testament de la « Reine Marie -Antoinette : S. M. m’a charge* de vous annoncer « qu elle avait ordonn£ qu’il en flit fait un fac simile dont une expect dition sera d£livr£e k chacun des membres de la chambre. » A ces mots l’assembl£e enti&re se i&ve aux oris de Vive leRoil